De Wispelaere - famille artistique brugeoise

Le premier descendant de cette famille de sculpteurs très connue est né en 1839 dans la Rue Ouest du Marais 144 à Bruges. Il s’appelle Petrus (plus tard: Pieter) De Wispelaere. A l’age de 17 ans il est déjà inscrit comme ‘ouvrier sculpteur’. En 1865 il s’installe définitivement comme sculpteur. Il met en oeuvre une entreprise qui, durant 4 générations, produira des sculptures magnifiques.

Il réalise des sculptures aussi bien en plâtre qu’en bois et pierre et, plus tard, ensemble avec ses fils aussi en marbre et bronze.
En 1881 Pieter De Wispelaere réalise pour le nouveau “Cercle Bruges-Port Maritime”, suivant le plan et sous la direction d’August de Maere, une maquette en plâtre illustrante un nouveau port de Bruges. Dans le cadre de la grande “Exposition industriëlle de la Flandre Occidentale” cette maquette est exposée dans les Halles du Beffroi brugeois. Plus de 30.000 personnes viennent l’admirer.En 1884 il produit, ensemble avec les sculpteurs brugeois Goossens et Fonteyne, le char pour le cortège en honneur de la béatification de Charles le Bon, Comte de Flandres de 1119 à 1127.
Suivant le plan de l’architecte Delacenserie, il réalise, entre 1895 et 1899, la cheminée monumentale en pierre de taille, pour la Salle Gotique de l’hôtel de ville de Bruges.Ensemble avec le sculpteur brugeois très connu, Hendrick Pickery, il réalise les bas-reliëfs sur le pignon du “Franc de Bruges” sur la place du Bourg de Bruges.

Entretemps, 2 de ses fils, Hippolyte (°Bruges 1868 - + Courtrai après 1956) et Alphonse (°Bruges 1879 - +1957) ont appris le métier. Ils aident leur père dans l’entreprise située au centre de Bruges dans la Rue Ouest du Marais. Avec leur père –qui meurt en 1925- et plus tard, comme “maître-sculpteurs”, la famille De Wispelaere réalise un grand nombre de commandes religieuses et civiles, aussi bien en Belgique qu’à l’étranger. Ceci est, parmi d’autres, le cas à New-York (l’église St-Jean Baptiste et l’église Ste-Augustine), à Boston, Toronto et New Jersey. Ils travaillent aussi à Aberdeen, Preston, Wimbledon, Kent, Carlow (Irlande) et d’autres endroits dont l’Italie et la Suisse.
En Suisse, dans la petite ville de Caux (près de Montreux) ils ont réalisé en 1906 pour la chapelle anglicane“Saint Michael and all Angels” un retable spectaculaire et unique. Cette oeuvre est réalisée en buis, un bois rare. Ce retable, fait en relief 3D, représente, d’une façon magnifique, en 40 figures, la crucifixion de Christ sur le Golgota. En bas se trouve la présentation de la Cène.
Pour images et plus d’information:http://www.histoirevalleedejoux.ch/documents/Caux-Palace.pdf pages 11 et 12;
et: http://www.caux-musical.ch/la-chapelle-de-caux-histoire-du-lieu-fr151.html

A Bruges ils travaillent aussi pour la cathédrale Saint-Sauveur, les églises Saint-Jacques et Sainte-Walburge, pour le Palais Episcopal et pour les Collèges St-Leo et St-Louis. Ils réalisent aussi des oeuvres religieuses pour des endroits dans les environs de Bruges (p. ex. Oostkamp et Ruddervoorde), sur la côte et dans toute la province de la Flandre Occidentale, même à Zarren et Poelkapelle.

Les destructions suite à la deuxième guerre mondiale exigent la reconstruction ou restauration de nombreux bâtiments ecclésisastiques et de sculptures. La maison De Wispelaere joue un rôle très important dans ces travaux. Les commandes ne se limitent pas à la Flandre Occidentale mais seront réalisées dans toutes les provinces belges.

Ils ne produisent pas seulement des oeuvres religieuses mais aussi de nombreuses oeuvres civiles comme intérieurs, meubles, chaises, bancs et fauteuils. Plaquettes d’honneurs et médaillons font aussi partie de leur travail. Ils en réalisent -parmi d’autres- pour l’église de la Potterie et pour la commémoration d’un jeune resistant brugeois, Raoul Meertens. Une telle plaque, réalisée par De Wispelaere, fût inaugurée en 1946 dans la rue “Minderbroederstraat”, deux ans après que le jeune Meertens avait été exécuté par les Allemands.

Une entête de lettre mentionne l’entreprise comme: “P. De Wispelaere & Fils, Sculpteurs, rue Ouest du Marais, 144, Bruges. Statues en Bois et en Pierre. Menuiserie de Luxe. Ameublements pour Eglises et Salons en tous styles”. Sur une carte publicitaire, datée plus tard, on lit (traduction): Maison fondée en 1865. ART ECCLESIASTIQUE ET CIVIL. Maison DE WISPELAERE s.a.r.l. ATELIER DE SCULPTURE. Menuiserie, meubles, décorations et sculptures de toutes sortes. Sculptures en plâtre, bois, pierre, marbre, bronze et objets en ivoire. Spécialité de meubles ecclesiastiques de styles différents.Réparation de vieux meubles et statues.”

Un autre fils, François (°Bruges 1870 - +1939) devient artiste-peintre. Il travaille comme professeur à l’Académie des Beaux arts de Bruges sous la direction du peintre brugeois très connu, Flori Van Acker. Son fils, Edmond (Bruges °1898 - +1974) marche sur ses traces. Paul, le fils d’Edmond (°Bruges 1930) ainsi que son fils, Daniël (°Bruges 1955) marchent à leur tour, sur les traces de leur père et grand-père.  Daniël enseigne dans un institut européen à Venise. A partir de 1948 Paul est formé dans l’entreprise par ses oncles. Plus tard, comme maître-décorateur, il enseigne à l’Institut de Formation “Syntra West” à Bruges.

A la fin du 20ème siècle l’entreprise De Wispelaere ferme ses portes définitivement. Dans les cercles artistiques l’atelier de sculpture De Wispelaere est considéré comme une entreprise qui -pendat 4 générations- a realisé une production de haute qualité, très appréciée dans le monde entier.